CD des Boulinards

Pour fêter les 20 ans de leur groupe Les Boulinards ont enregistré le CD « Relève de quart » disponible dès ce début 2018. Vous pourrez vous le procurer pour le prix de 10 € lors de nos concerts ou en contactant Noël Siohan (tél. 02 97 44 80 97).CD - Relève de Quart

  • La jaquette du CD a été réalisée par Print Shop CREA

Vous pouvez en écouter les 15 extraits ci-après précédés d’une courte présentation de chaque chant:

01 – CHANTONS POUR PASSER LE TEMPS

Traditionnel. Chant à virer au cabestan.

Ceux qui pensent que l’histoire ici contée est tout à fait farfelue devront réviser leurs a priori! L’Histoire garde bien la trace d’un certain nombre de femmes qui ont réussi à se faire enrôler. A titre d’ exemples : Louise-Marguerite de Bréville, sous le nom de Monsieur de Préville commande une frégate de 32 canons en 1672 dans l’escadre de l’Amiral d’Estrée. Elle meurt à 25 ans des blessures reçues lors d’un combat contre une flotte hollandaise. Plus cocasse : au tout début du XIX° siècle, l’irlandaise Ann Bonny et l’anglaise Mary Read se retrouvent à naviguer sur le même navire pirate dans le golfe du Mexique; toutes deux travesties en hommes…

01-CHANTONS POUR PASSER LE TEMPS

02 – PIQUE LA CLOCHE.

Dans la marine, on emploie un vocabulaire bien particulier : entre autres, on ne frappe pas, on « pique »… Ainsi, pour faire tinter la cloche du bord qui rythme les heures, on va « piquer la cloche » : un double-coup pour 13h, deux pour 14h, trois pour 15h et quatre pour 16h, puis on repart avec un double coup pour 17h…etc. Donc, l’équipage attend avec impatience les coups de cloche qui vont sonner la fin de son quart de nuit et la relève qui va le libérer ! C’est un chant que les Boulinards ont aussi traduit de l’anglais et l’on reconnaîtra le style musical des marches américaines.

02-PIQUE LA CLOCHE

03 – LES TROIS MARINS DE GROIX

« Traditionnel » qui évoque la grande époque des thoniers groisillons. Entre 1870 et 1940, Groix a été le premier port français armant au thon germon : plusieurs conserveries sur l’île même, un thon en guise de coq sur le clocher, jusqu’à trois cents thoniers environ se pressant à couple le long des quais. le déclin s’amorcera entre les deux guerres; déjà en 1935 il n’en reste que deux cent quinze. Ce chant, dont il existe au moins deux versions, ne peut guère être daté, fait-il référence à un évènement particulier ou choisit-il les pêcheurs groisillons pour évoquer une bien tragique réalité? On rappellera la terrible tempête vécue en Bretagne dans la nuit du 19 au 20 septembre 1930 et ses deux cent sept péris en mer… A Groix, ce furent six voiliers qui ne rentrèrent pas. Trente huit groisillons laissaient vingt deux veuves et vingt six orphelins.

03-LES 3 MARINS DE GROIX

04 – SOIXANTE-DIX-HUIT

La Bretagne n’a pas été épargnée par ces grandes catastrophes que sont les marées noires. Le symbole de la protestation en a été un oiseau mazouté.

Cet aspect du drame qui a particulièrement touché tous les bretons notamment en mars 1978 nous permet de clamer aujourd’hui encore notre révolte en disant : « N’oubliez pas! »

04-78

05 – EUGENIE

Ce chant, malgré  quelques infimes points de contact, n’est pas à confondre avec la Virginie emblématique des pêcheurs fécampais.

« Eugénie, les larmes aux yeux » est un traditionnel de la Légion Etrangère. Il évoque de toute évidence, en deux brefs couplets et un refrain, l’expédition du Mexique de 1862/1863  à laquelle la Légion a effectivement participé et durant laquelle elle a écrit l’une des plus belles pages de son histoire (combat de l’hacienda de Camerone le 30 avril 1863).

L’origine de ce chant est inconnue. La mélodie serait celle d’un chant de marins de provenance tout à fait incertaine. Quant aux paroles… Le premier couplet s’adresse à une certaine Eugénie : l’impératrice? La tenancière d’un estaminet? Ou d’une « maison »? à laquelle on vient faire ses adieux en groupe en lui promettant un prompt retour? Le second couplet et le refrain parlent clairement de la traversée maritime France-Mexique. A ces deux couplets d’origine nous avons ajouté un troisième.

05-EUGENIE

06 –  LEAVING OFF LIVERPOOL

Un port important sur la côte anglaise, un marin sur le point de s’embarquer… Il n’en faut pas moins pour exprimer la douleur d’une séparation d’avec son amoureuse. Mais un mariage est d’ores et déjà prévu dès le retour ! Un thème et une musique bien connus en Grande-Bretagne, Irlande et jusqu’aux Etats-Unis. Les paroles françaises ont été écrites par les Boulinards

06-LEAVING OFF LIVERPOOL

07 – LE QUATRE-MATS BARQUE

Michel Tonnerre nous offre une très belle description de ces fabuleux bateaux. Une plongée dans le monde de la marine à voile, du temps où elle était reine et dominait le monde.

07-4 MATS BARQUE

08 – LE GRAND MAT

Le Grand Mât est l’un des termes qui désigne le seul maître à bord après Dieu.Ce chant est l’œuvre d’ Henry-Jacques, nom de plume d’Henri, Edmond JACQUES. Aujourd’hui tombé dans l’oubli, cet homme de lettres fut aussi journaliste et musicologue mais également grand voyageur et marin, partageant la vie des Cap Horniers . Le chant ayant été probablement composé au début du siècle dernier, il  nous paraît relever d’un caractère traditionnel beaucoup plus ancien. « Cric Crac Sabot » : c’est ce qu’on appelle une formulette, c’est à dire une sorte de tralala deridera en vogue à une certaine époque. Son rôle était de ponctuer soit un chant soit une histoire. « Cuillère à pot » pourrait désigner un sabre d’abordage  dont la profonde et large garde ferait penser à une cuillère lorsqu’on tient l’arme par la lame.

08-LE GRAND MAT

09 – VALPARAISO

Traditionnel. Chant à hisser.

Valparaiso! Un véritable mythe qu’il faut associer au Cap Horn. Imaginez, après une ultime escale au Brésil ou en Argentine, après des semaines et des semaines de navigation dans les 40° rugissants et les 50° hurlants, après avoir affronté Le Horn, après être remonté le long de la côte chilienne sur plus de mille nautiques… Imaginez : vous découvrez tout à coup, sous un climat clément, la magnifique baie de Valparaiso, la ville qui monte à l’assaut des collines… Enfin! Enfin l’eau fraîche, les légumes, les fruits et puis… le rack, la fille, le couteau… Cette escale mythique ne fera que décliner dès l’ouverture du canal de Panama en 1914. Même si l’on peut encore tomber sous son charme, la ville ne s’en est toujours pas remise. « Houla tchalé » : dans le pidgin des ports, le traditionnel Hello Charly serait devenu Houla Tchale en passant de l’oreille au gosier des marins français.

09-VALPARAISO

10 – LA REINE DE CORDEMAIS

Chanson écrite, paroles et musique, par l’un des co-fondateurs des  Boulinards », François Dupont-Huin, pour l’inauguration de la nouvelle « Reine de Cordemais », reconstruite par l’association « OYCO » à l’occasion de la manifestation « Brest 92 », sur une idée de la revue « le Chasse Marée ». A l’origine, les bateaux de Loire étaient à gréement aurique avec flèche, comportant un bout dehors et un foc : l’un de ces bateaux s’appelait la  « Reine de Cordemais » – nom d’une localité située en rive droite de la Loire, entre Nantes et St-Nazaire.

10-LA REINE DE CORDEMAIS

11 – LE GABIER NOIR

Michel Tonnerre nous conte là une histoire glauque dont la banalité le dispute au sordide. Combien de fois n’a-t-elle pas dû se reproduire…L’intérêt de ce chant est aussi de voir apparaitre sur les bateaux des noirs non pas comme cargaison destinée à l’esclavage mais comme matelots libres, ceci dans la seconde moitié du XIX° siècle. De nombreuses photos en témoignent. Le refrain rappelle que si les grands principes affirment que tous les hommes naissent libres et égaux, certains sont, dans la pratique, plus égaux que d’autres…

11-LE GABIER NOIR

12 – DOUAR PE MOR (les amants millénaires)

En tant qu’Arradonnais, nous vivons chaque jour dans notre coin de paradis : le golfe Mor bihan et nous sommes fiers de lui rendre hommage avec des mots baignés de poésie.

Douar pe mor , terre ou mer, c’est ton mystère petite mer…

12-DOUAR PE MOR

13 – AH ! LA TONNE VA BIEN MONTER

Chanson des marins de Dunkerque au retour de la pêche à la morue à Islande. Traditionnel, chant à hisser publié en 1890; musique de Gérard Rickeboer.

13-AH LA TONNE

14 – LE MATELOT ERRANT

Les conditions de vie à bord des voiliers, qu’ils soient navires de guerre, bateaux de pêche ou de commerce, étaient particulièrement difficiles : discipline, promiscuité, tempêtes, éloignement des siens… autant de fardeaux que ces marins tentaient d’oublier en se réfugiant parfois dans l’alcool une fois à terre. C’est le délicat sujet abordé dans cette chanson.

Mais quel magnifique refrain qui nous parle de convivialité autour du verre de l’amitié !

14- MATELOT ERRANT

15 – FANNY DE LANNINON

Incontournable des fêtes de la mer, cette chanson fait presque partie du répertoire populaire breton. C’est l’évocation du Brest d’avant-guerre par un jeune marin du Duguay-Trouin, amoureux de Fanny, la plus belle fille de Lanninon, quartier de Recouvrance. Mais, vingt ans plus tard, Brest n’existe plus et Fanny a disparu dans la tourmente : seules les vieilles cartes postales permettent de décoder le texte et de retrouver les lieux évoqués. La musique est de V. Marceau et on oublie bien souvent que les paroles sont de Pierre Mac Orlan.

15- FANNY DE LANNINON